Combat antinucléaire, Combat planétaire…

Les militants antinucléaires savent depuis toujours que leur combat est planétaire. Il est en effet bien connu aujourd’hui…, que les nuages radioactifs ne connaissent pas les frontières… Alors, après avoir commémoré à plusieurs reprises les catastrophes de Tchernobyl en UKRAINE et de Fukushima au JAPON, SDN-TREGOR a décidé de s’intéresser à un autre pays : l’INDE, au travers de deux films documentaires : HIGH POWER et JAITAPUR EN DIRECT.

High Power : présentation à la presse

High Power : présentation à la presse


HIGH POWER : LE VÉRITABLE PRIX DE L’ÉLECTRICITÉ NUCLÉAIRE

La centrale nucléaire de Tarapur est le premier projet nucléaire civil indien. Il date déjà de 50 ans et il a nécessité l’évacuation de plusieurs villages autour de la petite ville de Tarapur. Aujourd’hui, la deuxième génération de ces paysans manifeste afin de pouvoir au moins subvenir à ses besoins élémentaires.
Dans le film HIGH POWER, un témoin, après 40 ans d’absence, vient revoir ces villages. Il vient observer la situation de ces milliers de gens déplacés. Il se rend compte qu’ils ont perdu leurs activités traditionnelles sans pour autant trouver les nouveaux emplois qu’on leur avait promis. Ils ont perdu leurs terres, leurs maisons et leur océan, sans obtenir de compensation adéquate. On leur avait promis divers services et infrastructures : routes, eau, électricité, centres de santé, écoles, etc. Ils n’ont rien eu de tout cela. A la place, ils ont eu droit à de nombreuses nouvelles maladies, dont certaines inconnues. Les attaques cardiaques et l’hyper­tension ont augmenté. Sont apparus les problèmes de rein, les fausses couches, les morts-nés et les complications à la naissance sont devenues plus fréquentes ainsi que l’infertilité chez les jeunes couples. Les enfants de moins de 5 ans souffrent de désordres mentaux. Leur quotient intellectuel est faible…
Quand ce témoin revient chez lui, il réalise à quel point les gens vivant dans les villes gaspillent l’électricité sans se rendre compte qu’elle est produite au prix de la santé et du désarroi de milliers de petits paysans…
Pour SDN-TREGOR, ce film illustre bien la démarche machiavélique du lobby nucléaire qui est toujours prêt à tout, pour faire passer ses projets mortifères. Et ce qui est vrai en Inde, l’est aussi en France : toutes les centrales de l’hexagone ont été imposées au prix d’une information tronquée, voire au prix de mensonges… La construction de l’usine de retraitement du plutonium de La Hague n’était-elle pas présentée initialement comme celle d’une usine de produits électroménagers ?… L’incapacité à gérer les déchets radioactifs n’est-elle pas systématiquement minimisée ?… La pollution diffuse émanant quotidiennement de nos centrales nucléaires n’est-elle pas totalement occultée ?…
« JAITAPUR EN DIRECT » : UNE RÉSISTANCE ANTINUCLÉAIRE EN ZONE SISMIQUE

Jaitapur est une petite ville d’agriculteurs sur la côte ouest de l’Inde. Dans le village voisin, 10 000 personnes vivent exclusivement de la pêche.
Il est question de bâtir sur ce plateau la plus grande centrale nucléaire au monde avec 6 réacteurs EPR de 1650 MW chacun. Ces réacteurs doivent être construits par AREVA. En apprenant cette décision, les paysans et pêcheurs ont été profondément choqués. Ils ont alors commencé à se rassembler et à s’activer contre la centrale nucléaire qu’on veut leur imposer, sachant très bien à l’avance, que ce projet délirant ruinera leurs ressources, leur travail et leur style de vie tout en créant d’énormes problèmes environnementaux. Sans parler du fait que la menace d’un accident majeur comme Fukushima les terrorise, car Jaitapur se trouve en zone sismique…
Ce peuple de paysans et de pêcheurs se bat contre ce projet dément de façon déterminée, paisible et non ­violente, ceci même si un pêcheur a été tué à coup de feu par la police, un autre a été écrasé sous une voiture de police et un vieux paysan est décédé en apprenant qu’il était sous mandat d’arrestation.
Pour SDN-TREGOR il est impératif de faire connaître cette lutte non-violente. On ne peut laisser se renouveler la folie de Fukushima, en permettant à nouveau l’implantation de la plus grande centrale nucléaire du monde en zone sismique. On ne peut accepter que l’entreprise française AREVA aille une nouvelle fois mettre en péril la santé et le mode de vie d’une population qui ne souhaite pas un tel projet. Les petits paysans indiens souffrent déjà suffisamment des conséquences de la 1re centrale nucléaire de Tarapur ; ne leur imposons pas une menace de plus avec celle de Jaitapur. Aidons-les plutôt à investir dans les technologies d’avenir que constituent les énergies renouvelables.
SDN-TREGOR invite donc les trégorrois à venir exprimer leur soutien aux luttes antinucléaires des paysans indiens en assistant à la projection de ces documentaires et en échangeant avec le réalisateur Pradeep Indulkar qui a obtenu le prix Uranium à Rio de Janeiro en Mai 2013 pour le film HIGH POWER. Pradeep Indulkar est en tournée en France durant tout ce mois de Novembre.
Ces films seront présentés au
CAFE THEODORE à TREDREZ-LOCQUEMEAU
Vendredi 14 Novembre à 20H30.
Contacts : https://sdntregor.wordpress.com/
02-96-44-98-36 sdn-tregor@laposte.net

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.