Nucléaire. Un film pour prolonger le débat © Le Télégramme

Photo Le Télégramme

Le 18 février dernier, l’association Sortir du nucléaire-Trégor a investi le pont Sainte-Anne pour protester contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, dans le Meuse. Elle y avait pratiqué une pétition photo de la quarantaine de participants à cette action.

Jeudi 23 mars, à 20 h 30, cette association manifestera autrement son opposition à ce projet à l’espace Sainte-Anne. Le film « Déchets nucléaires, 100.000 ans sous nos pieds », de Dominique Hennequin, y sera projeté. Il sera suivi d’un débat animé par Irène Gunepin, militante de Bure opposée à ce projet d’enfouissement de déchets.

Stabilité des fûts

Avec cette soirée, l’association Sortir du nucléaire-Trégor veut informer les élus et la population sur les enjeux majeurs de ce dossier, à la veille de l’élection présidentielle et des élections législatives. Pour quelles raisons l’association lannionnaise s’oppose-t-elle à ce projet ? « Personne ne peut garantir la stabilité du sol des milliers d’années. Personne ne peut garantir que les fûts de déchets nucléaires resteront stables et n’exploseront pas sous l’effet de la chaleur comme cela s’est passé en 2014 dans un site équivalent aux États-Unis. Personne ne peut garantir qu’en cas de besoin on pourra ressortir ces déchets », répond Laurent Lintanf, son président. Pour conserver la mémoire des sites, l’association préférerait aussi que ces déchets soient plutôt stockés en surface.

Pratique : Soirée débat le jeudi 23 mars, à 20 h 30, à l’espace Sainte-Anne. Renseignements au 06.86.22.58.88.

© Le Télégramme

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.