LES ANTINUCLÉAIRES ALERTENT LE DÉPUTÉ

Depuis déjà plusieurs semaines, les représentants costarmoricains du Réseau Sortir du Nucléaire vont à la rencontre de leur parlementaires. A Saint-Brieuc ils ont rencontré le Député Bruno Joncour pour l’alerter sur la cuve ratée de l’EPR de Flamanville, ainsi que sur le Traité d’interdiction des armes nucléaires, signé à l’ONU en juillet dernier, mais toujours ignoré par la France.

Laurent et Eliane à l’issue de leur rencontre avec la Presse briochine

1 – CUVE RATÉE DE L’EPR DE FLAMANVILLE

La cuve du tout nouvel EPR de Flamanville est ratée. Elle présente de nombreux points de faiblesse susceptibles d’engendrer une rupture de cet élément majeur de la centrale nucléaire. Or cette cuve devait répondre au « zéro défaut ».

Une rupture, et ce serait la catastrophe assurée… Et la région briochine, proche de Flamanville à vol d’oiseau, subirait à coup sûr l’impact du nuage radioactif qui s’en dégagerait.

M. JONCOUR découvrait l’essentiel de ce dossier. Il a visiblement bien compris les inquiétudes des antinucléaires et s’est engagé à relayer ces inquiétudes auprès du gouvernement et notamment de Nicolas HULOT.

Il prévoit par ailleurs de prendre contact avec ses collègues Députés du Trégor qui ont déjà adressé un courrier au 1er Ministre pour lui demander de ne pas accorder de dérogation à cette cuve ratée. Dans ce courrier, ces trois Députés déclarent au 1er Ministre : « En l’état, une telle dérogation ne nous paraît pas acceptable car elle porte sur deux éléments de la cuve du réacteur, dont la rupture pourrait provoquer un accident particulièrement grave. En supposant que les éléments ci-dessus soient confirmés, nous ne pouvons cautionner une telle dérogation et vous demandons de ne pas l’accorder. »

2 – TRAITE D’INTERDICTION DES ARMES NUCLÉAIRES

En juillet 2017 l’ONU a adopté un tout nouveau Traité international : le Traité d’interdiction des armes nucléaires. Hélas, la France refuse de signer ce traité qui pourtant est soutenu par d’anciens Ministres de la Défense comme Paul Quilès et Hervé Morin, ainsi que par le Ministre de l’Écologie, Nicolas Hulot.

M.JONCOUR a dit comprendre la déception et l’incompréhension des antinucléaires et s’est engagé à remonter leurs doléances concernant ce sujet, auprès du 1er Ministre ainsi que de la Ministre des Armées. Il s’est dit par ailleurs favorable à un débat sur cette question majeure.

A ce jour, un tel débat sur la dissuasion nucléaire n’a jamais eu lieu en France…

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.