Sous-préfecture de Lannion. Manifestation contre l’utilisation des grenades explosives © Le Télégramme

Des mains droites gantées de rouge ou teintes en rouge, levées devant la sous-préfecture de Lannion ! Une quarantaine de personnes ont effectué ce geste symbolique ce vendredi soir, pour dénoncer l’utilisation, par les forces de l’ordre, de grenades explosives, dans les manifestations.

L’association Sortir du nucléaire (SDN) – Trégor et « Les Buzucs du Trégor contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes » avaient décidé de relayer un appel national lancé par des collectifs et des familles de victimes. « Une main rouge pour rappeler le drame que vit Maxime ; une main qui dit stop à l’utilisation de ces grenades », a expliqué Laurent Lintanf, le président de SDN-Trégor. Maxime, c’est ce jeune étudiant qui a eu la main droite arrachée le 22 mai dernier, dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Laurent Lintanf a lu la lettre que Robin, un autre jeune homme qui a été grièvement blessé au pied à Bure, lors d’une manifestation contre l’enfouissement des déchets nucléaires, a adressée à Maxime. Il a aussi lu l’appel des collectifs de victimes. Ces deux textes ont été glissés dans la boîte aux lettres de la sous-préfecture, à l’attention du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb.
© Le Télégramme

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.