Nucléaire : ils veulent l’abrogation du traité Euratom

SDN-TREGOR dans le Ouest-France du 27/01/19 :

Laurent Lintanf, le président de SdN Trégor, entouré de Jean-Claude Larreur et Christian Madec, membres de l’association, à l’issue de la conférence de presse. OF

En avant-première de la conférence, « Quelles doses en cas d’accident nucléaire », programmée jeudi 6 février, à 20 h 30, à l’espace Sainte-Anne, animée par Roland Desbordes, ancien président du laboratoire Criirad, l’association Sortir du nucléaire Trégor a tenu à rappeler certains éléments.

« Le traité Euratom a pour objectif de promouvoir le nucléaire en Europe. À ce jour, Euratom est constitué de 28 pays, dont seulement 14 soutiennent le nucléaire, dont la France et la Grande-Bretagne. Avec le Brexit, les pro-nucléaires deviendraient minoritaires au sein de l’UE, d’où le forcing actuel pour modifier les normes de protection de la radioactivité, rappelle Laurent Lintant, président de SdN Trégor. Les normes de protection en cas d’accident nucléaire sont, en période d’urgence, de 20 millisieverts (mSv) par an. La France a choisi de retenir la valeur maximum ; 100 millisieverts, d’où notre soutien à la Criirad qui demande la modification ou l’abrogation du traité. »

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.