Ils vont arrêter la Bombe !

MARDI 5 FEVRIER 2019 – 20H30 CINEMA DOCUMENTAIRE

ILS VONT ARRÊTER LA BOMBE  Un film documentaire de François REINHARDT

MJC de Morlaix – 7 place du Dossen – 29600 Morlaix : 02 98 88 09 94 (MJC)

.

Le film sera suivi d’un échange / débat avec Gilbert NICOLAS, l’un des principaux protagonistes du film. « Nous sommes américains, français, hollandais, britanniques et néo-zélandais – STOP – Nous avons navigué jusqu’à Mururoa pour en appeler personnellement aux responsables des essais nucléaires – STOP – Ceci est probablement notre dernière communication radio – STOP »

Résumé : En 1973, un équipage international de treize militants pacifistes décide d’embarquer pour 5 mois à bord d’une vieille goélette, le Fri, un navire de fortune parti de Nouvelle-Zélande pour rejoindre Mururoa. Leur but : stopper les essais nucléaires français dans le Pacifique. La stratégie de ces jeunes gens (trois femmes, dix hommes et un chat) est aussi simple que désespérée : tous sont déterminés à se confronter à l’armada de la Marine française et à jeter leur coque de noix dans la gueule du monstre, à Moruroa, pour empêcher ces essais. Quel qu’en soit le prix. Cette odyssée contre l’atome a été intégralement filmée en 16 mm par un des membres d’équipage. Ce témoignage unique est le fil conducteur de ce film qui raconte l’histoire de la contestation contre les essais nucléaires français dans le Pacifique. Une histoire où se mêlent intrigues politiques et pressions diplomatiques, objectifs militaires, enjeux économiques, et, on l’oublierait presque, le sacrifice de la santé de milliers de polynésiens, et de leur environnement.

La bande annonce du film : https://vimeo.com/242134355

Qui est Gilbert NICOLAS ?

Né en 1933 à Carantec dans le Nord Finistère, Gilbert Nicolas voit son enfance marquée par la guerre. Son parcours de vie sera déterminé par un esprit de résistance et de révolte, une conscience pacifiste et antimilitariste, qu’il traduira par des engagements multiples solidement ancrés sur les droits de l’homme. Apprenti couvreur à Paris, docker à Marseille, marin pêcheur en Bretagne, pasteur protestant sans ministère, il sera de tous les combats, des années 50 à ce jour encore avec les marches organisées par Footprints for peace contre les mines d’uranium, l’emploi du nucléaire civil et militaire et les déchets. Marcher, jeûner, protester, alerter, Gilbert Nicolas nous encourage à le suivre en citant Pierre Cérésole : «Venez, même si impossible».

Le FRI, construit au Danemark en 1912, fut un voilier-cargo avant de devenir entre les mains de David Moodie un instrument au service de la paix. En 1973, le FRI, avec à son bord un équipage international, va protester contre les essais nucléaires atmosphériques français. Il reste sept semaines en vigile dans la zone d’essais, forçant ainsi le retardement de l’explosion. Le Bataillon de la Paix, conduit par le Général de Bollardière les rejoint juste avant la capture du navire par la marine française. Le bateau sera rendu saboté. Le Fri est à l’origine de la création de Greenpeace à Auckland en 1974.

Il est aussi l’auteur du livre « Un Bateau Nomme Liberté Ou la Passion Selon le Capitaine David Moodie » dans lequel il témoigne de son journal de bord, de mars à août 1973. Gilbert Nicolas nous restitue avec une intense émotion le quotidien de cette incroyable aventure humaine. Et nous pose cette incessante question : «que puis-je faire, moi lecteur, pour m’engager ?».

https://www.telerama.fr/television/un-pasteur-pacifiste-contre-le-nucleaire,158748.php

https://www.letelegramme.fr/bretagne/gilbert-et-marie-de-tous-les-combats-04-04-2017-11460897.php

Et aussi : https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/quimper-samedi-soir-la-charge-des-crs-etait-demesuree-4785941

Pour aller plus loin :

Quand l’Histoire donne de l’inspiration pour vivre le présent.

Le 2 juillet 1966, une bombe atomique de 28 kilotonnes (deux fois Hiroshima) explose au large de Mururoa, en Polynésie française. Le premier essai atmosphérique français dans le Pacifique sud vient d’avoir lieu. 34 autres suivront, puis cent quarante-sept souterrains jusqu’en 1996. Pour les populations des atolls, c’est le début de “la pluie qui déverse le mal atomique”. Ce sont les sacrifiés de l’atome ; une population dont le sort ne préoccupe guère en métropole, mais fait réagir bien au-delà des frontières.

« Celui qui ne sait pas est un imbécile.

Celui qui sait et qui ne fait rien est un criminel ! »

Une production What’s Up avec la participation de France télévisions et Public Sénat et le soutien de la Région des Pays de la Loire en partenariat avec le CNC, de la Procirep Société des producteurs, de l’Angoa et du CNC.

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.