SDN-TREGOR SALUE LE COMBAT ANTINUCLÉAIRE DES ANNÉES 80

Sortir du Nucléaire Trégor tient à remercier Le Télégramme pour son article documenté du 6 Février concernant la lutte des années 80 contre les projets d’extraction d’uranium dans le Trégor et plus particulièrement à Tonquédec.

Cet article met bien en évidence le rejet fort ancien des trégorrois de toute activité mortifère de l’industrie nucléaire sur notre territoire. SDN-TREGOR, née seulement au lendemain de la catastrophe de Fukushima, tient à saluer la lucidité de la population locale qui, dès les années 80, s’est montrée vigilante quant aux risques énormes de tels projets.

La prospection d’uranium menée déjà dans le Trégor dès les années 50-60 n’est sans doute pas pour rien dans l’opposition massive exprimée dans les années 80. Comme l’a rappelé à plusieurs reprises SDN-TREGOR, ces activités des années 50-60 ont déjà laissé derrière elles des pollutions qui sont, aujourd’hui encore, sources de préoccupation en matière de santé publique.

Pollution au radium et à l’arsenic…

L’article du Télégramme indique que « … des zones humides de la vallée du Léguer conservent des traces non négligeables de radon et d’arsenic, comme à Coz Ty Tano, en Vieux-Marché. »

Pour sa part, SDN-TREGOR ne possède pas ces éléments d’analyse pour ce site de Vieux-Marché. Par contre, suite aux mesures effectuées en partenariat avec la CRIIRAD et l’IRSN, il est effectivement clairement établi que de l’arsenic et du radium ont été trouvés à Buhulien, en Lannion. A la demande de SDN-TREGOR, une signalétique et un périmètre de protection ont d’ailleurs été installés par la municipalité.

Il est clair que si la situation est la même à Vieux-Marché, comme dans toute autre commune, des mesures analogues sont à prévoir sans plus tarder.

Sortir du Nucléaire – Trégor

Sortir du Nucléaire Trégor tient à remercier Le Télégramme pour son article documenté du 6 Février concernant la lutte des années 80 contre les projets d’extraction d’uranium dans le Trégor et plus particulièrement à Tonquédec.

Cet article met bien en évidence le rejet fort ancien des trégorrois de toute activité mortifère de l’industrie nucléaire sur notre territoire. SDN-TREGOR, née seulement au lendemain de la catastrophe de Fukushima, tient à saluer la lucidité de la population locale qui, dès les années 80, s’est montrée vigilante quant aux risques énormes de tels projets.

La prospection d’uranium menée déjà dans le Trégor dès les années 50-60 n’est sans doute pas pour rien dans l’opposition massive exprimée dans les années 80. Comme l’a rappelé à plusieurs reprises SDN-TREGOR, ces activités des années 50-60 ont déjà laissé derrière elles des pollutions qui sont, aujourd’hui encore, sources de préoccupation en matière de santé publique.

Pollution au radium et à l’arsenic…

L’article du Télégramme indique que « … des zones humides de la vallée du Léguer conservent des traces non négligeables de radon et d’arsenic, comme à Coz Ty Tano, en Vieux-Marché. »

Pour sa part, SDN-TREGOR ne possède pas ces éléments d’analyse pour ce site de Vieux-Marché. Par contre, suite aux mesures effectuées en partenariat avec la CRIIRAD et l’IRSN, il est effectivement clairement établi que de l’arsenic et du radium ont été trouvés à Buhulien, en Lannion. A la demande de SDN-TREGOR, une signalétique et un périmètre de protection ont d’ailleurs été installés par la municipalité.

Il est clair que si la situation est la même à Vieux-Marché, comme dans toute autre commune, des mesures analogues sont à prévoir sans plus tarder.

Sortir du Nucléaire – Trégor

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.